Ile Longue 1914-1919
Ile Longue 1914-1919, le camp de prisonniers

Dieser Internet-Auftritt verfolgt das Ziel, möglichst viele Informationen über das Internierungslager auf der Ile Longue zusammenzustellen, damit Historiker und Nachkommen der Internierten sich ein Bild von den Realitäten dieses bisher wenig bekannten Lagers machen können - nicht zuletzt auch, um die bedeutenden kulturellen Leistungen der Lagerinsassen zu würdigen.

Le but de ce site est de prendre contact avec les familles des prisonniers allemands, autrichiens, hongrois, ottomans, alsaciens-lorrains... qui ont été internés, pendant la Première Guerre mondiale, dans le camp de l’Ile Longue (Finistère).

Le pasteur Friedrich Hommel
Article mis en ligne le 30 juillet 2012
dernière modification le 13 février 2014

par Christophe
logo imprimer

Si Die Insel-Woche a pu devenir une instance morale et peut-être même quelque chose comme « la conscience du camp », elle le doit pour beaucoup à Friedrich Hommel (voir liste complète), pasteur de son état, éminent membre de la rédaction, et – après la démission de Tschentscher (voir Die Insel-Woche n° 40, p. 3 et l’article E. G. Tschentscher ainsi que l’article « An unsere Leser" » dans le n° 41) - rédacteur en chef du journal de camp.
Originaire de Munich, ce n’est pas au sein de l’église protestante de Bavière qu’il exerce sa profession, mais à Barcelone en Espagne où il s’occupe de la communauté allemande. Contrairement à beaucoup de ses compatriotes (comme par exemple les passagers du « Nieuw Amsterdam ») qui, dès le commencement de la guerre, début août 1914, se hâtent de rentrer en Allemagne, c’est seulement en avril 1915 que Friedrich Hommel décide de rentrer. Nous ne connaissons pas les raisons de cette décision. D’après l’esprit, pacifique et conciliateur, de ses textes publiés dans Die Insel-Woche, il est peu probable qu’il y ait été amené par des raisons nationalistes et guerrières. Fait prisonnier à bord du vapeur espagnol « Culiera », c’est le 22 août 1916 qu’il arrive au camp de l’Ile Longue.
A ce moment, l’interdiction d’un journal de camp prononcée par la commandant Alleau en janvier 1916 est toujours en vigueur. Mais, dès la parution de la seconde série de la revue (avril 1917), il prend souvent la plume pour faire entendre la voix de la raison, de la modération, de l’apaisement ou même, tout simplement, de la bienséance. C’est lui qui, à l’occasion de grandes fêtes religieuses, par exemple, rappelle aux prisonniers quelques principes de base de notre civilisation et de la condition humaine en essayant de consoler ses camarades d’infortune et de les encourager dans leur lutte contre la déchéance. C’est encore lui qui, dans un article du n° 12 (p. 4), résume ce qu’il désigne par la « Culture de Camp », tout en rappelant à ses camarades leur devoir d’hommes civilisés et responsables.

D’autres articles emblématiques de Friedrich Hommel, dans Die Insel-Woche, seconde série :

Aidez-nous à traduire les articles de Friedrich Hommel.
Merci d’avance !

Traité de l'Elysée

Visiteurs connectés : 11

Ce site comprend : 352 articles et 631 documents.
Ce site a reçu 165394 visites depuis son référencement, le 27 décembre 2012
Espace rédacteurs  |  Contact  |  Plan du site  |  ESCAL  |  Suivre la vie du site(RSS 2.0)
SPIP
Centenaire de la première guerre